.0 poesie - Les Images de Grand-Père
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 14:11

Je ne pleure pas hier,
Je n’attends pas demain.
C’est ce jour qui m’est cher,
Le seul qui m’appartient,
Que je peux à loisir
L’emplir de mille feux,
Ou le laisser partir
Dans des regrets fâcheux.
Je me sers du passé pour réchauffer mes heures
Des braises et des lumières de mes petits bonheurs.
Quand je pense à demain, c’est alors que je bois,
Des rêves que je savoure comme des fruits des bois.
Je ne suis pas le maître des projets qui pourraient
S’en aller en fumée entre quelques cyprès…
Et les lauriers passés sont maintenant fanés
Dans le temps qui s’enfuit au passé composé.
Chaque jour et chaque heure, chaque âge, chaque saison,
Se vivent dans l’instant comme de belles moissons.
On ne revit jamais le temps des amours mortes
Mais le jour qui se lève sur le pas de sa porte.
Ne me demandez pas celui que j’ai été
Ni ceux que j’ai aimés, ni ce que je ferai
Demandez à mon arbre les seuls fruits qui se dorent
Au soleil du présent pour les goûter encore ;
Je laisse aux nostalgiques le passé qui les hante
Et aux politiciens, les lendemains qui chantent ;
Sous ma treille dorée, je déguste l’instant
Comme le paradis d’un éternel printemps.

Carpe Diem

Poème de mon ami Guy Bezzina

http://guybezzina.over-blog.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Poésie
commenter cet article
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 18:53
Petite Fleur.

Pour les victimes

des attentats de Bruxelles.

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Poésie
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 23:27
mon album au fil des jours et des années.

N° 52 - Tendresse

Ne la recherchez pas dans les grands sentiments.
La tendresse se cache sous les traits d’un enfant,
Dans le sourire aimant, sous la main qui se pose,
Dans le regard ému à la vue d’une rose .
La tendresse est discrète, elle n’a pas le langage
Des aveux déclamés dans de longs bavardages.
Silencieuse et douce elle pose son voile
Sur une âme blessée, comme le fait une étoile.
Elle ne demande rien et s’offre simplement
Pour une vie entière ou un petit moment.
Elle est avant l’amour, fondue dans le désir;
Elle est après l’amour, dans de tendres soupirs.
Lorsque la solitude s’installe dans l’absence,
Sous les traits de l’ ami, elle est une présence.
Elle est dans l’écriture d’un mot chargé d’amour,
Quand la vie est cruelle, quand le cœur est trop lourd.
La tendresse est timide, en silence elle dit
De ces mots lumineux qui éclairent une vie.
Elle n’est rien ; elle est tout pour qui ouvre son âme
A la douce chaleur de sa petite flamme

Guy Bezzina

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Poésie
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 22:04
Confession d'un homme heureux.

*** Guy Bezzina ***

De ces petites choses cueillies chaque matin,
Pétales d’une rose, épines d’un chagrin,
Je fais deux petits tas, l’un pour la part du feu,
L’autre pour me donner des raisons d’être heureux.
Je choisis mes amis, ma musique et mes livres.
Je choisis mes amours et je veux qu’ils m’enivrent.
Je donne sans compter pour avoir mille fois,
De ce que j’ai semé, des récoltes de joie.
Si les nuages viennent brouiller mon horizon,
Je ferme mes volets et je clos ma maison.
Le feu de cheminée m’offre des étincelles
Qui jettent des étoiles et me font un grand ciel.
Je fuis les annonceurs de mauvaises nouvelles.
Je guette les enfants qui jouent à la marelle ;
Les oiseaux insouciants me donnent des leçons
D’un très simple bonheur qu’ils vivent en chansons.
Oh je sais bien qu’un jour, tout cela finira
Mais des années qui viennent, je ne me soucie pas.
Ce jour qui m’est donné, je veux le ciseler
Comme un or précieux scintillant de gaité.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Poésie
commenter cet article
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 09:51
Cueillir l'instant.

Guy Bezzina

Chaque instant de la vie est graine entre nos mains
Que chacun peut semer au gré de son désir
Pour germer et murir et pour donner du pain
Ou demeurer stérile et finir par mourir.

 

Chacune de nos minutes est une goutte d’eau
Offerte à toute soif de bonheur et d’amour
Sans se préoccuper si c’est tard ou trop tôt
De s’en désaltérer à toute heure du jour

 

Chacun de nos matins est la nouvelle aurore
Qui, d’un rayon, efface toutes nos nuits perdues
Elle nous offre des voiles dans un nouveau décor
Pour renaitre à la joie dans un vol éperdu.

 

Chaque jour et chaque heure, chaque âge, chaque saison
Est feuille entre nos mains pour être dessinée
En une gerbe immense pour fleurir sur l’horizon,
Et semer des étoiles dans nos cieux esseulés.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Poésie
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 23:55
Le Grenier

**** Poème de mon ami Guy Bezzina. (alias Jean Gauci.)

Dans le grenier de nos mémoires
Dorment les livres de nos histoires
Dans le grenier des sentiments
Dorment les cœurs de nos vingt ans
Dans des albums jaunes ou gris
Se sont installées les souris
Qui ont rongé les souvenirs
De l’émotion de nos désirs
Dans le grenier de nos passés
Trainent quelques portraits brisés
Beaux comme des chagrins d’amour
Quand nous jouions aux troubadours
Dans le grenier de notre enfance
Gisent encore quelques souffrances
Lorsque des maîtres insensés
Donnaient des gifles et des fessées
Je garde encore dans mon grenier
Tous les visages que j’ai aimés
Je les emporte dans mes voyages
Dans un pays plein de mirages

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Poésie
commenter cet article
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 11:50

*** Verlaine par Julos Beaucarne

Lire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Poésie
commenter cet article
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 18:56
 40 années que j'aime la poésie de Julos Beaucarne
40 années que j'aime la poésie de Julos Beaucarne

En Juin prochain il sera lui aussi Octogénaire.

Amis bien aimés,

Ma loulou est partie pour le pays de l'envers du décor. Un homme lui a donné neuf coups de poignards dans sa peau douce. C'est la société qui est malade. Il nous faut la remettre d'aplomb et d'équerre, par l'amour, et l'amitié, et la persuasion.
C'est l'histoire de mon petit amour à moi, arrêté sur le seuil de ses 33 ans. Ne perdons pas courage, ni vous ni moi, je vais continuer ma vie et mes voyages avec ce poids à porter en plus et mes 2 chéris qui lui ressemblent.
Sans vous commander, je vous demande d'aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches. Le monde est une triste boutique, les cœurs purs doivent se mettre ensemble pour l'embellir, il faut reboiser l'âme humaine. Je resterai sur le pont, je resterai un jardinier, je cultiverai mes plantes de langage. A travers mes dires, vous retrouverez ma bien-aimée ; il n'est de vrai que l'amitié et l'amour. Je suis maintenant très loin au fond du panier des tristesses. On doit manger chacun, dit-on, un sac de charbon pour aller en paradis. Ah ! Comme j'aimerais qu'il y ait un paradis, comme ce serait doux les retrouvailles.
En attendant, à vous autres, mes amis de l'ici-bas, face à ce qui m'arrive, je prends la liberté, moi qui ne suis qu'un histrion, qu'un batteur de planches, qu'un comédien qui fait du rêve avec du vent, je prends la liberté de vous écrire pour vous dire ce à quoi je pense aujourd'hui : Je pense de toutes mes forces qu'il faut s'aimer à tort et à travers.
Julos - nuit du 2 au 3 février 75

 

Julos Beaucarne.

Le drame qui m'a fait connaître Julos Beaucarne.

LETTRE ECRITE ET DITE PAR JULOS BEAUCARNE

suite au meurtre de son amour, Louise-Hélène France,

par un déséquilibré, en 1975

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Poésie
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 22:17
15 JUIN 1959 - 15 JUIN 2015

.
.
.
.
.
.
.
.
.
................................................ 56 années de mariage.

 

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.

 

J'arrive tout couvert encore de rosée
Que le vent du matin vient glacer à mon front.
Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée
Rêve des chers instants qui la délasseront.

 

Paul Verlaine

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Poésie
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 20:30

P1010944

 

 

Je rève d'un concert que je donnerais
où je pourais me taire pendant deux heures
et que personne ne s'ennuie.
Je rève de me taire et de passer mon temps
à vous écouter vous raconter.
Je rève de passer mon temps à me taire.
Je rève d'avoir le temps d'embrasser tendrement
chacune des jeunes flles et des femmes
qui m'écoutent ce soir.
Je rève de passer ma vie à aller rendre visite
à tout un chacun, chez lui, à l'écouter.
Je rève de m'asseoir dans les fauteuils
de tout le monde.

 

Julos Beaucarne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Poésie
commenter cet article

  • : Les Images de Grand-Père
  • Les Images de Grand-Père
  • : Composé de "images du jour" et du "coin des poètes"
  • Contact

Profil

  • Louis-Antoine83
  • 
Mes parents
  • Mes parents

Information

Reproduction et exploitation interdites des images,sauf autorisation écrite. Nous respectons le droit à l'image de chacun. Si vous souhaitez qu'une photo ne soit pas publiée, n'hésitez pas à nous contacter, nous la retireront immédiatement.

Valdorix moine de l'an Mil

Roman historique et régional inspiré par les écrits de l'abbaye de Cluny et par 60 ans de vie parodienne de Louis Antoine l'auteur.
La vie de ce moine écrivain correspond à la naissance de la cité d'Orval que l'on connaît maintenant sous le nom de Paray-le-Monial en Sud-Bourgogne.

http://valdorix.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marguerites du Seigneur.

 

Marguerites-1.jpg
 
Un bouquet de Marguerites
pour le Seigneur
 
Les voies impénétrables du Seigneur,
certains diront le hasard, a voulu que
dans un laps de temps relativement
court : un siècle, 3 jeunes personnes
prénommées Marguerite soient
appelées à une vocation religieuse
et y répondent passionnément
par amour du Christ, chacune à sa
manière. La première  en date
(1620/1700) Marguerite Bourgeoys
religieuse au Canada
La deuxième (1647/1690)
Marguerite-Marie, en France
religieuse cloîtrée.
La troisième (1701/1771)
Marguerite d’Youville fondatrice des
Sœurs Grises au Québec.
Animées d’une même foi mais en
suivant des chemins bien différents,
ces trois religieuses ont laissé une
trace indélébile dans la longue marche
de la chrétienté et on rejoint la
multitude de Saintes et Saints
du Paradis.        

 

 

 

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -