.0 poesie - Les Images de Grand-Père
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2022 4 12 /05 /mai /2022 15:22

Guy Bezzina

Le pain de chaque jour.

De très chers disparus s’invitent à notre table,
Nous tirent par la manche, de peur qu’on les oublie.
Leur ombre nous poursuit, ils sont insupportables,
Ils ne tolèrent pas que nous soyons en vie.

Or la vie continue dans de beaux lendemains,
Car le passé n’est plus que cendres et souvenirs.
Nous avons à remplir de si jolis matins,
Et ne pas être ingrats aux promesses d’avenir.

Ce qui était, n’est plus; hier est bien est fini.
Et c’est mourir un peu que vivre d’autrefois.
Dans un monde passé  et des photos jaunis
Au risque que nous-mêmes, nous succombions de froid.

L’amour et le bonheur sont comme le bon pain
Ils se goûtent chaque jour, tout chauds, à peine cuits.
« Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain.
 Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie. »

************************************************************
 

Partager cet article

Repost0
24 mars 2022 4 24 /03 /mars /2022 13:27
24 mars 2018 

 

Janus
Il n'est de vérité que nos penchants du cœur,
Nos élans de folie sans reproche et sans peur,
Le vent qui nous conduit aux rivages inconnus
Des rêves d'infinis jusqu'aux jours sans vertu...

J'assume de Janus, le visage à deux faces;
L'homme qui se montre lorsque l'autre s'efface,
Le sage qui raisonne et le fou qui  divague,
Le rocher impassible et la furieuse vague.

Par mes contradictions, je me sens bien un homme
Pétri d’humanité de tout ce qui se nomme
par des mots de la terre, superbe mais fragile,
Rocher indestructible ou éphémère argile. 

Je suis feu, je suis eau, je suis ciel, je suis terre
Je change chaque jour mais chaque jour  j’espère
Voler jusques aux cieux, être pareil aux anges
Car je suis fait de terre, de ce curieux mélange

De soleil et de nuit, dont je ne sais jamais
Duquel je suis fait, lequel je dois aimer…
Nous ne saurons jamais déguster de la nuit
L’envoutante clarté et la paix infinie

Sans adorer du jour toutes les fulgurances
Sans aimer du soleil l'insupportable outrance.
Fait d’ombre et de lumière, je suis homme imparfait
Et le sort qui est mien me convient tout à fait.

Partager cet article

Repost0
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 13:42

 

Quand j'étais gosse, haut comme trois pommes
J'parlais bien fort pour être un homme
J'disais, je sais, je sais, je sais, je sais
C'était l'début, c'était l'printemps
Mais quand j'ai eu mes 18 ans
J'ai dit, je sais, ça y est, cette fois je sais
Et aujourd'hui, les jours où je me retourne
J'regarde la terre où j'ai  fait les 100 pas
Et je ne sais toujours pas comment elle tourne
Vers 25 ans, j'savais tout
L'amour, les roses, la vie, les sous
Tiens oui l'amour, j'en avais fait le tour
Heureusement, comme les copains
J'avais pas mangé tout mon pain
Au milieu de ma vie, j'ai encore appris
Ce que j'ai appris, ça tient en trois, quatre mots
Le jour où quelqu'un vous aime, il fait très beau
Je peux pas mieux dire, il fait très beau
C'est encore ce qui m'étonne dans la vie
Moi qui suis à l'automne de ma vie
On oublie vite le soir de tristesse
Mais jamais un matin de tendresse
Toute ma jeunesse, j'ai voulu dire je sais
Seulement, plus je cherchais
Et puis moins j'savais
Y a 90 coups qui ont sonné à l'horloge
J'suis encore à ma fenêtre, je regarde, et j'm'interroge
Maintenant je sais, je sais qu'on ne sait jamais
La vie, l'amour, l'argent, les amis et les roses
On ne sait jamais le bruit ni la couleur des choses
C'est tout ce que j'sais
Mais ça, j'le sais
                                             Harry Philip Green

Partager cet article

Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 22:57

Guy Bezzina
13 h  · 

Rétrospectives
Il arrive parfois, lorsque tombe le soir
De rêver aux matins  d’une vie sans histoires 
Et de nous souvenir de ces moments perdus
Pour un mot de travers qu’on n’aurait jamais dû…

Il arrive souvent quand s’approche la nuit
De refaire le chemin d'une très longue vie .
Que d’heures gaspillées ou d’occasions manquées
De chercher l’essentiel  ou  de savoir   aimer..

On ne peut  plus alors revenir en arrière 
Le temps qui est passé est tombé en poussières
Pourtant la vie est là , Il nous reste du temps
Pour remplir d’amour chacun de nos moments.

Rien n’est jamais fini pour aimer davantage
Du reste de la vie, faisons meilleur usage
Et portons sur le monde un bienveillant regard
Empressons nous d’aimer avant qu’il soit trop tard.

 

*********************************************************
 

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2022 4 13 /01 /janvier /2022 10:25

Guy Bezzina

Grammaire d’un homme heureux

Le passé composé de  mes temps à la mode
A fui depuis longtemps le rude indicatif.
Je vis dans mon présent , un heureux subjonctif,
En singulier gourmand  de verbes plus commodes.

Aux lois de la syntaxe, je fais des exceptions,
Quand je m’endors la nuit dans des conditionnels
Qui m’emportent au loin  aux vents circonstanciels,
D’épithètes fleuries  du complément  d’un nom.

J’accorde mon sujet au verbe transitif
Qui  m’offre pour objet un singulier prénom,
Choisi entre dix mille,  serti dans un  pronom,
Que  parfois je décline  au cas du vocatif.

Des charges quotidiennes, je hais l’impératif
Je garde  mes ennuis  au frais dans le futur.
Je conjugue ma voix à d’amoureux murmures
De mots plus que parfaits aux tons d’infinitifs

Dans ma neuve grammaire,  je garde les accords
Et laisse aux pessimistes les verbes défectifs…
Je m’entoure d’amis tendrement possessifs
Dans un superlatif, chaque soir, je m’endors…

*************************************************

Partager cet article

Repost0
5 juin 2021 6 05 /06 /juin /2021 09:17

Janus ou la double vie.

Il partait le matin, cartable sous le bras,
Vers son petit  bureau pour un jour sans éclat,
Accomplir sans entrain son fastidieux travail
En attendant le soir  et sa morne grisaille.


Mais sitôt libéré des taches ordinaires,
Il  métamorphosait sa nature première,
Et devant son écran, il était Don Juan
Le grand Casanova, le comte d’Artagnan...

Il oubliait sa vie  et ses muscles de laine,
Ses cachets pour la nuit et sa jolie bedaine.
Il devenait soudain, un héros de roman,
Séduisait les princesses  en redoutable amant.

Il maniait les mots comme on manie l’épée:
Multipliait les rimes  sans jamais fatiguer,
Et si par aventure, il croisait un miroir,
Il se trouvait très beau et perdait la mémoire

 De ses petits matins, de sa vie ordinaire,
De son chef de service et de ses coronaires…
Dans les ors éclatants  d’un monde imaginaire
Il devenait enfin un homme légendaire.

Mais quand sonnait minuit, une fée Carabosse
Eteignait son écran à la fin de la noce…
Il buvait sa tisane, mettait son pyjama
Et quittait à regret son petit cinéma.

Dans la nuit agitée, ses rêves s’entremêlaient.
Les princesses buvaient tout son café au lait.
Sarkozy lui offrait un verre à la cantine;
Il valsait dans les bras d’une blonde platine.

La pluie sur les carreaux sonna la fin des rêves
Il partit en courant, à cause de la grève,
Attraper son métro, le cartable sous le bras,
Vers son petit  bureau pour un jour sans éclat.

Guy Bezzina

Partager cet article

Repost0
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 11:45

De mon ami 

Guy Bezzina  
 

 

Eclipses

La mémoire du cœur est parfois infidèle
Les tendres souvenirs  partent en ribambelle
Mais ils se cachent toujours dans quelque coin du cœur
Pour s’éveiller soudain en flambées de bonheur.

La mémoire du grand âge  s’en va en écheveaux
Hier a déjà fui au fil d’un courant d’eau
Les visages se brouillent, les noms sont en vacances
Beaucoup  s’en sont allés  au pays du silence.

Grâce à la magie d’une image retrouvée
Le cœur bat la chamade et se met à aimer,
La calendrier dit qu’il a pris du retard 
Et qu’il confond l’aurore avec les feux du soir…

Mais qu’importe le temps quand le cœur se réveille
Il est des matins chauds   qui brisent le sommeil
Et soufflent des envies de folies et de danses
De printemps flamboyant…et la vie recommence

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2021 3 27 /01 /janvier /2021 14:36

Chaque jour est une fleur.
Passe le temps et les saisons,
Passent les peines et les chansons,
Passent les pluies et les moissons,
La vie s’en va à sa façon.

Que reste-t-il   des ans lointains 
De nos émois, de nos chagrins ?
L‘important fut bien éphémère,
Ombres fugaces dans la mer.

Dans chaque jour, prenons le temps
De choisir le plus l’important
Et de laisser au vent qui passe
Les petits soucis qui s’effacent.

Perdre son temps, quelle idiotie,
A gaspiller l’or de la vie.
Ce jour qui vient est un présent .
Accueillons le en remerciant
Nos pères et mères et le Bon Dieu
De ce cadeau venu des cieux.

Guy Bezzina

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 12:09

Vingt ans
On a toujours vingt ans dans quelque coin du cœur
Vingt ans pour s’aimer et respirer les fleurs
Voir briller le soleil sous la voute céleste
Goûter le premier jour de la vie qui nous reste.

On a toujours vingt ans quand on sait dire merci
Aux caresses du vent, aux enfants réunis,
Quand on reste un enfant, avec des cheveux gris
Qui savoure chaque instant comme du pain béni.

On a encore vingt ans, à tout âge de la vie,
Quand on a des projets et de nombreux amis
Lorsque des larmes perlent au sillon d’une ride
Et débordent d’un cœur qui refuse d’être vide

Ils ont toujours vingt ans , ceux qui savent sourire
Et qui envoient au diable les prophètes du pire
Pour garder le meilleur des imprévus du temps.
L’âge est une illusion quand le cœur est vivant.

Guy Bezzina

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 23:05

L'Espérance 

Voir au-delà du jour, au-delà de la nuit;
Guetter une présence derrière l’horizon;
Entonner l’espérance comme unique chanson,
Attendre un autre jour après celui qui fuit.

Ne pas imaginer que la soif de nos cœurs
Restera altérée par la source tarie.
Dans le rouge du soir sentir venir la pluie
Et les flots bienfaisants d’un immense bonheur.

Croire au feu dévorant quand une étoile luit,
Dans un acte d’amour, espérer un enfant,
Dans cette vie qui bat entrevoir l’infini…

Il n’est aucun hiver sans un nouveau printemps
Les plus fragiles fleurs sont promesses de fruits
Le bonheur va venir, il est là, je l’attends

Guy Bezzina

Partager cet article

Repost0

Profil

  • Louis-Antoine
  • 90 ans, bon pied bon œil et joie de vivre.
  • 90 ans, bon pied bon œil et joie de vivre.

 

 

 

 

 

 

 

 

MES ECRITS

VALDORIX MOINE DE L'AN MIL

Roman historique et régional inspiré par les écrits de l'abbaye de Cluny et par 60 ans de vie parodienne de Louis Antoine l'auteur.
La vie de ce moine écrivain correspond à la naissance de la cité d'Orval que l'on connaît maintenant sous le nom de Paray-le-Monial en Sud-Bourgogne.

http://valdorix.over-blog.com

**********************************************************

LA SAGA DES THILLET 

La Saga des Thillet -1-
La Saga des Thillet -2-
La Saga des Thillet -3-

*****************************************************************

PARAY LE MONIAL ;;;

Les Marguerites du Seigneur 

Au temps de mes jeunes années

***********************************************************************

Un bouquet de Marguerites ....

 

************************************************************************

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NOTRE DAME DE ROMAY et les souvenirs qui s'y rattachent

Le condensé du livre de Monsieur l'abbé Barnaud :

en cours d'édition

 

Le Classement

Marguerites du Seigneur.

 

Marguerites-1.jpg
 
Un bouquet de Marguerites
pour le Seigneur
 
Les voies impénétrables du Seigneur,
certains diront le hasard, a voulu que
dans un laps de temps relativement
court : un siècle, 3 jeunes personnes
prénommées Marguerite soient
appelées à une vocation religieuse
et y répondent passionnément
par amour du Christ, chacune à sa
manière. La première  en date
(1620/1700) Marguerite Bourgeoys
religieuse au Canada
La deuxième (1647/1690)
Marguerite-Marie, en France
religieuse cloîtrée.
La troisième (1701/1771)
Marguerite d’Youville fondatrice des
Sœurs Grises au Québec.
Animées d’une même foi mais en
suivant des chemins bien différents,
ces trois religieuses ont laissé une
trace indélébile dans la longue marche
de la chrétienté et on rejoint la
multitude de Saintes et Saints
du Paradis.        

Les Marguerites du Seigneur (nouvelle version)

 

 

 

Reproduction et exploitation interdites des images,
sauf autorisation écrite.
Nous respectons le droit à l'image de chacun.
Si vous souhaitez qu'une photo ne soit pas publiée,
n'hésitez pas à nous contacter,
nous la retireront immédiatement.

 

 

 

 
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -