.0 Palestro 1956/2016 - Les Images de Grand-Père
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 12:45
Palestro 1956/2016

*** 18 mai 1956 . (60e anniversaire)

Massacre d'une section d'appelés

et de rappelés dans les gorges de Palestro

*

Vingt morts un seul rescapé,

Pierre Dumas de qui nous tenons ce témoignage.

 

« Nous avions quitté notre cantonnement de Beni-Amrane le matin vers 6 h 30. Toute la matinée, la progression s’est déroulée normalement sans aucun incident. Vers 11 h 15 nous sommes arrivés dans le secteur d’Ouled Djerrah. Le sous-lieutenant Arthur** marchait en tète. Nous suivions en colonne par un à une dizaine mètres les uns des autres. Nous venions d’entrer dans un petit col, quand les premiers coups de feu ont retenti. Les attaquants étaient dissimulés derrière des rochers qui surplombaient la piste. Avec des armes automatiques et des fusils de chasse, ils nous mitraillaient 15 ou 20 mètres. Dés le début plusieurs d’entre nous sont tombés. Notre tireur au F.M. a été touché presque tout de suite ...... ».
« J’ai pris le F.M. et j’ai continué à tirer, reprend Dumas. Mais des coups de feu sont partis également derrière nous, d’autres camarades sont tombés. Les fellaghas sont apparus de tous les côtés à la fois. Je crois bien que nous n’étions alors, que cinq survivants : Le sergent Chorliet, blessé à la poitrine, le caporal chef Aurousseau , blessé à la jambe, le soldat Lucien Caron, blessé au poignet, enfin Jean-David Milllet*** et moi-même, qui étions pas blessés ».

« Les rebelles nous ont entourés et désarmé. Ils étaient environ 30 à 35 tous en uniforme. Ils se sont mis à ramasser tout l’armement de la patrouille, ainsi que les équipements individuels. Les habitants du village sont arrivés à ce moment là et les ont aidés à récupérer notre matériel ».

Aussitôt après les rebelles emmenaient leurs prisonniers, laissant sur le terrain Lucien Caron évanoui. Pierre Dumas n’assista donc pas aux horribles mutilations auxquelles se livrèrent les gens du douar sur les cadavres , ni à la fin des malheureux Caron. Charliet et Aurousseau abandonnés dans un douar.

Tel est le récit de Pierre Dumas jeune appelé arrivé à Alger le 5 mai envoyé à Beni-Amrane le 6 et capturé par les rebelles le 18

 

IN MEMORIAM

Palestro 1956/2016

.

Sous-lieutenant ARTUR Hervé.

Il a été décoré de la Légion d’Honneur à titre posthume.

Sergent BIGOT Serge (rappelé?),

Sergent CHORLIET Alain (rappelé?)

Caporal-chef AUROUSSEAU Louis (rappelé),

Caporal-chef GALLEUX Michel (rappelé, marié).

Caporal HECQUET Christian (rappelé, marié),

Caporal POITREAU Maurice (rappelé, marié)

CARON Lucien (appelé),

CARPENTIER Louis (appelé),

CHICANDRE Jean (rappelé, marié, 1 enfant),

DAIGNEAUX Léon (rappelé),

DAVID-NILLET Jean (rappelé),

DESRUET Gilbert (rappelé),

DOBEUF (?) Pierre (rappelé),

DUFOUR Jean (rappelé),

FRANÇOIS Lucien (rappelé),

GOUGEON Louis (rappelé), il a refusé de se marier avant son départ),

NICOLAS Jean (rappelé),

SERREAU Raymond (appelé),

VILLEMAUX Serge (rappelé)

 

******************************

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Devoir de Mémoire
commenter cet article

commentaires

  • : Les Images de Grand-Père
  • Les Images de Grand-Père
  • : Composé de "images du jour" et du "coin des poètes"
  • Contact

Profil

  • Louis-Antoine83
  • 
Mes parents
  • Mes parents

Information

Reproduction et exploitation interdites des images,sauf autorisation écrite. Nous respectons le droit à l'image de chacun. Si vous souhaitez qu'une photo ne soit pas publiée, n'hésitez pas à nous contacter, nous la retireront immédiatement.

Valdorix moine de l'an Mil

Roman historique et régional inspiré par les écrits de l'abbaye de Cluny et par 60 ans de vie parodienne de Louis Antoine l'auteur.
La vie de ce moine écrivain correspond à la naissance de la cité d'Orval que l'on connaît maintenant sous le nom de Paray-le-Monial en Sud-Bourgogne.

http://valdorix.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marguerites du Seigneur.

 

Marguerites-1.jpg
 
Un bouquet de Marguerites
pour le Seigneur
 
Les voies impénétrables du Seigneur,
certains diront le hasard, a voulu que
dans un laps de temps relativement
court : un siècle, 3 jeunes personnes
prénommées Marguerite soient
appelées à une vocation religieuse
et y répondent passionnément
par amour du Christ, chacune à sa
manière. La première  en date
(1620/1700) Marguerite Bourgeoys
religieuse au Canada
La deuxième (1647/1690)
Marguerite-Marie, en France
religieuse cloîtrée.
La troisième (1701/1771)
Marguerite d’Youville fondatrice des
Sœurs Grises au Québec.
Animées d’une même foi mais en
suivant des chemins bien différents,
ces trois religieuses ont laissé une
trace indélébile dans la longue marche
de la chrétienté et on rejoint la
multitude de Saintes et Saints
du Paradis.        

 

 

 

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -