.0 à mon illustre ancêtre - Les Images de Grand-Père
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 20:29

André Thillet, sergent dans la légion du Rhône,

à mon illustre ancêtre

Le 19.04.1820, le général Foy montait à la tribune de la chambre des députés et faisait de la façon suivante le récit d'un fait d'armes héroïque accompli par ce vaillant sous-officier :

 

Le général Foy

Le général Foy

Séance du 19 avril 1820


André Thillet, sergent dans la légion du Rhône, demandait une indemnité pour
la perte qu’il avait éprouvé d’une donation de 6000 francs sur un château en
Espagne, qui lui avait été accordée à titre de récompense.
Je demande la permission à la chambre de l’entretenir pendant quelques instant
du fait qui a donné lieu à cette pétition, parce que ce fait est un des plus éclatants
qui puissent se passer à la guerre.
Dans l’année 1811, l'armée française, commandée par le maréchal Masséna,
occupait le Portugal ; le chef du gouvernement (l'empereur Napoléon) avait
prescrit de mettre la place d'Almeida en état de sauter au premier ordre qui
en serait donné ; mais la retraite fut plus prompte qu'on ne s'y était attendu, et
quand l'ordre arriva,  Almeida était bloqué par les Anglais.
Afin d'exécuter l’ordre de Napoléon, le maréchal Masséna livra bataille :
nous ne fûmes pas assez heureux pour débloquer Almeida. Cependant, l'ordre
de faire *sauter cette place était impéraif. L'armée française n'était qu'à trois
lieues d'Almeida ; le pays, entre deux est couvert de rochers ; sur cet espace et,
dans ces rochers, était établie une armée de cent mille Anglais, Portugais et
Espagnols, et de plus, une population nombreuse qui y avait cherché un refuge.
La place d'Almeida, qui a peu de développement, était étroitement bloquée ;
le général Brennier, qui y commandait, avait tout préparé pour faire sauter les
fortifications ; les mines étaient chargées, mais il attendait l'ordre d'y mettre le
feu.

à mon illustre ancêtre

Le maréchal Masséna fit demander des hommes de bonne volonté pour aller à
Almeida ; quatre soldats se présentent ; sur les quatre, trois ont péri ; un seul
reste, c'est André Thillet, dont nous nous occupons.
André Thillet mit trois jours et trois nuits à faire le trajet ; Il ne voulut point se
travestir, de peur d’être pendu comme un vil espion ; Il se cachait pendant le jour ;
il se trainait, plutôt qu’il ne cheminait pendant la nuit ; tantôt il tombait au milieu
d’un bivouac des ennemis, et, pour éviter d’être reconnu, il se mettait à ronfler
avec eux ; tantôt il rencontrait des familles espagnoles réfugiées dans les
cavernes, et c’était alors qu’il fallait de la présence d’esprit pour échapper au
plus grand des dangers.
Le troisième jour, Thillet, arriva au dernier cordon devant Almeida ; il s’élança
sur le dernier factionnaire anglais, le culbuta, et courut à la barrière de la place
sous une grèle de balles tirées par les troupes du cordon et par la garnison ;

Heureusement, aucune de ces balles n’atteignit ce brave : Il remit l’ordre au
général Brennier. A minuit, la place d’Almeida sauta en l’air.
Le général Brennier, avec son excellente garnison, enfonça la ligne anglaise
du blocus, rejoignit l’armée française, et nous ramena André Thillet.
Cet événement, dont il n’ya pas d’exemple dans l’histoire moderne, fit une
profonde impression sur les Anglais. Le colonel Bevan, qui commandant la
portion de la ligne qui fut enfoncée, ne put résister à la douleur qu’il éprouva
d’un événement si inattendu et se brûla la cervelle.
On accorda à André Thillet une dotation de 6000 francs de rente sur les
domaines que le gouvernement français s’était réservés dans la Castille.
Cette dotation était un château en Espagne. Thillet n a jamais rien reçu, et
il n’a pas même eu la gratification accordée aux donataires dépossédés.

à mon illustre ancêtre

Cependant, Thillet a continué sa carrière avec honneur ; il a fait bravement
la guerre en Espagne et en Allemagne dans le sixième régiment d’infanterie
légère ; Il est aujourd’hui sergent dans la Légion du Rhône.
Messieurs, je demande, qu’en raison de ce que Thillet est un excellent
sergent, susceptible d’être recommandé aux bonté du roi pour le grade
d’officier, on renvoie sa pétition au ministre de la guerre.Je demande
qu’on la renvoie aussi au ministre des finances pour que Thillet ait une
récompense prise sur le domaine extraordinaire.

 

 

 

à mon illustre ancêtre
Le sergent André Thillet a été promu chevalier de la légion d'honneur

Le sergent André Thillet a été promu chevalier de la légion d'honneur

NB : André Thillet (1784-1864)

est le grand-oncle de mon grand-père Jules (1867-1952)

Mon grand-père Jules devant sa boutique d'horloger, ma gran-mère et leurs trois premiers enfants dont mon père l'aîné.

Mon grand-père Jules devant sa boutique d'horloger, ma gran-mère et leurs trois premiers enfants dont mon père l'aîné.

Partager cet article

Repost 0
Published by Louis-Antoine83 - dans Histoire de France
commenter cet article

commentaires

  • : Les Images de Grand-Père
  • Les Images de Grand-Père
  • : Composé de "images du jour" et du "coin des poètes"
  • Contact

Profil

  • Louis-Antoine
  • 
Mon grand-père
  • Mon grand-père

Information

Reproduction et exploitation interdites des images,sauf autorisation écrite. Nous respectons le droit à l'image de chacun. Si vous souhaitez qu'une photo ne soit pas publiée, n'hésitez pas à nous contacter, nous la retireront immédiatement.

Valdorix moine de l'an Mil

Roman historique et régional inspiré par les écrits de l'abbaye de Cluny et par 60 ans de vie parodienne de Louis Antoine l'auteur.
La vie de ce moine écrivain correspond à la naissance de la cité d'Orval que l'on connaît maintenant sous le nom de Paray-le-Monial en Sud-Bourgogne.

http://valdorix.over-blog.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marguerites du Seigneur.

 

Marguerites-1.jpg
 
Un bouquet de Marguerites
pour le Seigneur
 
Les voies impénétrables du Seigneur,
certains diront le hasard, a voulu que
dans un laps de temps relativement
court : un siècle, 3 jeunes personnes
prénommées Marguerite soient
appelées à une vocation religieuse
et y répondent passionnément
par amour du Christ, chacune à sa
manière. La première  en date
(1620/1700) Marguerite Bourgeoys
religieuse au Canada
La deuxième (1647/1690)
Marguerite-Marie, en France
religieuse cloîtrée.
La troisième (1701/1771)
Marguerite d’Youville fondatrice des
Sœurs Grises au Québec.
Animées d’une même foi mais en
suivant des chemins bien différents,
ces trois religieuses ont laissé une
trace indélébile dans la longue marche
de la chrétienté et on rejoint la
multitude de Saintes et Saints
du Paradis.        

 

 

 

 

 

 

 

 
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -